Al Capone et les cigares

Le gangster le plus célèbre du XXe siècle – Alfonso Gabriel Capone, ou tout simplement Al Capone – est devenu célèbre pour ses crimes de grande envergure. Le nom d’Al Capone est fortement associé à l’émergence du cigare aux États-Unis et à l’idée même de promouvoir les cigares en Amérique.

cigare al capone à la peche

Au début des années 30 du siècle dernier, Al Capone était LE gangster de la ville de Chicago. Son autorité incontestable dans le monde des gangsters faisait de lui le véritable parrain de tous les clans mafieux d’Amérique. Les crimes les plus célèbres de l’époque – de l’organisation des jeux de hasard clandestins au proxénétisme, du commerce de l’alcool pendant la période de la prohibition à l’extorsion – étaient en quelque sorte liés au nom d’Al Capone.

Etant non seulement un homme influent, mais aussi un homme charismatique, le célèbre gangster a eu une énorme influence sur la jeune génération. Ses habitudes et ses passions ont été copiées avec enthousiasme par les jeunes, et pas seulement parmi les gangsters.

Al Capone, possédait un pouvoir énorme et des moyens non moins énormes, il aimait afficher son train de vie dispendieux à travers sa consommation de vin et de cognacs âgés, en s’affichant avec les plus belles femmes et, bien sûr, les meilleurs cigares cubains. C’était avec les cigares qu’il était le plus inséparable. Des chefs de la mafia de Chicago ont raconté comment, dans sa fureur, Al Capone avaient brisé en morceaux de nombreux havanes prestigieux après avoir appris la trahison de plusieurs de ses subordonnés.

C’est à travers les activités « légales » d’Al Capone aux États-Unis que les premiers fumoirs sont apparus aux Etats-Unis. Les activités légales du gangster, combinées à sa réputation de gangster, n’ont pas toujours aidé à améliorer la popularité des cigares chez les Américains. Les phrases célèbres d’Al Capone – « Je ne suis qu’un homme d’affaires – je donne aux gens ce qu’ils veulent » ou encore « Tout ce que je fais – réponds aux besoins de la société » – décrivent parfaitement ce phénomène. Sans paraître en public sans cigare, Al Capone introduisit peu à peu dans la conscience des masses l’image d’un cigare, symbole de richesse et de puissance, qui ne pouvait que séduire les jeunes attirés par l’appât du gain. À la fin des années 1930, la mode des cigares aux États-Unis a atteint son apogée. A cette époque tous ceux qui se considéraient comme un digne gentleman fumaient en règle générale au moins un ou deux cigares par semaine. Des fumoirs ont commencé à apparaître dans les hôtels et les clubs. De plus, la direction des chemins de fer a même introduit des panneaux tels que «wagons à fumer», dans lesquels seuls les individus influents et riches étaient autorisés.

C’est grâce à Al Capone que le cigare a été transformé en véritable symbole et en carte de visite des années 1930 pour les personnes qui faisaient du « business ». Les pauses de l’après-midi « havane » et verre de cognac sont rapidement devenus une tradition, qui a été progressivement adoptée par d’autres pays. Fumer un cigare est devenu une sorte de « rituel » qui a mis en évidence l’influence et la signification de la personnalité du fumeur.

Al Capone adorait déguster les cigares. À Cuba, il avait même sa villa de luxe dans laquelle il pouvait déguster son habano en paix. Et c’est cette passion qui a joué un rôle clé dans la popularisation des cigares cubains de qualité auprès des résidents américains.
cigare al capone
Aujourd’hui, en l’honneur d’Al Capone, des cigarillos commercialisés aux Etats-Unis portent son nom. La marque de cigarillos Al Capone a rapidement gagné en popularité grâce à la combinaison aromatique de feuilles de tabac du Brésil et du Nicaragua. Ces cigarillos sont devenus une marque de référence de ceux qui préfèrent les cigares doux mais pas trop chères. Un goût agréable et légèrement sucré assure la popularité des cigarillos Al Capone dans le monde entier.

Finalement ses cigarillos sont bien loin de refléter les cigares cubains que le chef des gansters aimaient déguster, mais business et embargo obligent, des cigares cubains portant le nom de Al Capone ne pourraient pas être commercialiser aux Etats-Unis.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *