Cigares H. Upmann

La naissance d’un mythe

L’histoire du tabac cubain remonte à plus de 500 ans, depuis que Rodrigo de Jerez et Luis de Torres se sont rencontrés au début du mois de novembre 1492, lors d’une exploration du territoire où leurs navires étaient arrivés sur l’île de Cuba en observant les habitants brûlant et fumant des herbes aromatiques qui les faisaient se détendre.
De cigare, tabac ou même Habano nous entendrons parler beaucoup plus tard, à la fin du XVIIe siècle, quand ils ont commencé à rouler ces herbes dans une forme cylindrique. Cela s’est passé à Séville, où tous les cigares cubains ont été envoyés pour être roulés à cet endroit. Cuba commence à être la « Mère du Habano » et La Havane « La métropole du monde Habano ».
usine h upmann
C’est donc la naissance d’une histoire fascinante pour l’un des cigares cubains les plus populaires et les plus demandés. Venant de Brême, appelé la clé de la mer du Nord, située dans le nord-est de l’Allemagne, Hermann Dietrich Upmann – initialement horloger et commerçant, comme son père – a décidé à la fin de l’année 1839 de monter à bord d’un navire pour traverser l’Atlantique et aller dans le Nouveau Monde dans le but d’un avenir prometteur.

Selon le témoignage de Heinrich Dietrich Carl Upmann, descendant du fondateur, au cours de la traversée, Hermann Dietrich aurait rencontré un passager anglais qui lui aurait parlé des possibilités de faire des affaires à Cuba, en particulier dans l’industrie naissante du tabac cubain.
Une fois à Cuba, l’Anglais lui a appris à fabriquer des cigares. C’est ainsi que l’Allemand a commencé à envoyer du tabac noir cubain roulé à ses parents et amis à Brême. Comme les autres cigares que l’on trouvait sur le marché n’étaient pas d’une qualité similaire, Hermann Dietrich a décidé de les identifier avec un ruban jaune portant sa signature afin de garantir l’authenticité de ses cigares. Cette action peut être considérée comme l’un des précurseurs des fameux rubans jaunes que l’ont retrouve quelques années plus tard dans les boîtes de cigares cubains Habanos.
Immergé dans l’environnement à La Havane, dans les premières décennies du XIXe siècle, avec l’augmentation de la fabrication et de l’exportation de cigares cubains, Hermann Dietrich Upmann a décidé de produire ses propres cigares et c’est ainsi que le nom H. Upmann est né. « H » par son nom et « Upmann » par son nom de famille.
logo h upmann
La date d’apparition la plus fiable de la marque et de l’usine H. Upmann est le 1er mars 1844, et sa licence de création de marque a été délivrée le 9 mai de la même année.

Au cours de cette période, les meilleures marques Habanos du monde ont été créées, telles que Ramón Allones, Punch, H. Upmann et Romeo et Julieta, entre autres, dont beaucoup conservent leur grandeur encore de nos jours sur le marché international.
Ce sont les années du célèbre essor de la production, de la commercialisation et de l’exportation de cigares cubains et de cigares roulés dans le monde. De grandes quantités partent pour les marchés de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la France et du Danemark, de l’Amérique du Nord et de l’Espagne.

Des années plus tard, Hermann Dietrich a créé son entreprise sous la marque « H. Upmann and Company ». Puis son frère August Lud-wig le rejoignit dans l’aventure du tabac. Ils ont formé la première génération d’Upmann à Cuba, même si August n’est pas resté longtemps à La Havane, puisqu’il s’est rendu en Afrique quelques années plus tard pour y faire fortune, mais il échoue et tombe malade, et décide de retourner à Brême, où il meurt le 18 septembre 1873.
C’est le premier investissement de la capitale alémanique dans l’industrie cubaine du tabac qui a duré, augmenté et diversifié avec la création ultérieure d’une banque en 1868 et d’une fabrique de cigarettes en 1905.
H. Upmann, ainsi que d’autres marques cubaines, utilisait des images lithographiées de leurs fabriques sur leurs premiers boites de cèdre.

H Upmann une marque innovante

H. Upmann a été une marque innovante qui a révolutionné le transport et la distribution de cigares en étant l’un des premiers fabricants à utiliser des boîtes de cèdre pour stocker et déplacer leurs cigares. Ce système a facilité la préservation de la qualité, de la fraîcheur et de l’humidité convenable du cigare cubain lors de son long voyage en Europe.

La marque de cigares H. Upmann occupe rapidement la première place sur le marché international, car elle utilise principalement des feuilles de la Vuelta Abajo et emploie une main-d’œuvre bien formée, avec une culture innovante dans l’industrie du tabac. Son prestige a grandi pendant des années, ainsi on fait référence à H. Upmann pour leur sérieux et la qualité de leurs cigares Habanos avec le prestige de « Fournisseur de Sa Majesté Don Alfonso XII, Roi d’Espagne »..

En 1891, l’usine de La Havane fut transférée dans un bâtiment énorme de plus de 10 000 m2, situé sur la large avenue de Ta-cón, désormais connue sous le nom de Carlos III. En raison de son élégance et de ses dimensions, l’usine a été baptisée La Madama. C’était l’une des plus grandes usines à l’époque.
En raison de la qualité reconnue de ses cigares, la marque H. Upmann a obtenu, entre 1855 et 1907, 12 médailles d’or dans différentes expositions internationales et ses produits ont été étendus sur le marché européen, aux États-Unis. et même la Russie ou l’Australie. On retrouve aujourd’hui ces différentes médailles d’or sur le logo de la marque sur toute les boîtes H Upmann commercialisées.
À sa mort, Herman Dietrich Upmann, qui, n’avait pas d’enfant, laisse à travers un testament détaillé ses différentes propriétés entre les mains de différents membres de sa famille. Ainsi, il nomme son neveu Heinrich (alias Henrique) Upmann à la tête de l’usine et la marque H. Upmann-Habana.

Un autre des neveux du fondateur, Hermann Friedrich Heinrich, épouse Marie Lucie Braesecke, également de Brême, et a deux enfants qui viennent à La Havane pour reprendre l’usine.
Montecristo, une jeune marque de l’époque, qui devint l’un des Habanos les plus appréciés, acquit qualité et prestige international lorsqu’elle fut produite à l’usine H. Upmann, qui jouissait déjà d’une tradition et d’une reconnaissance internationale.
Grâce à un design suggestif, une publicité astucieuse et une qualité irréprochable, la marque Montecristo a atteint des sommets vertigineux sur le marché international.
En 1960, l’usine H. Upmann a été rebaptisée « José Martí », en reconnaissance du prestige obtenu grâce à ses luttes pour maintenir la qualité du cigare cubain dans le monde entier et pour sa participation aux luttes ouvrières.
Plusieurs décennies ont passé et H. Up-mann est l’un des joyaux de l’important catalogue de Habanos, S.A.; une marque qui, après plus de 170 ans sur le marché international, conserve sa réputation et son excellence, faisant la fierté de la nation cubaine.

Les médailles d’or qui ornent les boîtes de cigares H. Upmann ont été obtenues par la marque lors de de onze foires internationales au XIXe siècle et constituent un élément caractéristique de la marque.

Les cigares cubains H. Upmann ont un caractère spécifique. Ce style, ce caractère de la marque a fait des adeptes dans le monde entier, en particulier chez les Britanniques. Ses saveurs sont douces et fines lorsque le cigare est jeune, et le goût du tabac augmente avec le temps, tout comme certains arômes subtiles et complexes qui apparaissent avec le temps. Une de ses caractéristiques les plus remarquables est que ses cigares vieillissent extrêmement bien.
Après 10 ou 15 ans de vieillissement, un goût prononcé de tabac propre à la marque se démarque. Presque tous les cigares de la marque H. Upmann ont un grand potentiel pour développer un bouquet riche et comlexe après 20 ans de vieillissement.
Dans la production historique de H. Upmann, de nombreux modules actuellement abandonnés se distinguent, mais jouissaient à l’époque d’une grande notoriété et reconnaissance. C’est le cas des Amatistas, Aromáticos, Bal-verdes, Cinco Bocas, Cristales, Culebras, Hussar, Kings, Lonsdales et Noellas entre autres.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *