S’initier au cigare : quelques conseils

J’espère que vos premières découvertes furent passionnantes.
Voici maintenant quelques conseils pour bien apprécier l’objet de nos convoitises. Votre cigare doit être souple, bien humidifié afin de développer ses parfums.

Deux anciennes pratiques ont encore la vie dure

Conseils pour apprécier un cigare

  • Passer une flamme le long du cigare !

    c’est une hérésie car, en plus du risque de le brûler, vous asséchez la feuille extérieure (la cape) et le cigare va se fumer en pointe (on dit en cône). Il est vrai que cette pratique a pour légende le fait d’enlever l’odeur de musc de la cigarière qui a roulé le cigare sur sa cuisse ! (légende légèrement déformée… les femmes enlèvent la nervure centrale de la feuille de tabac sur leurs cuisses, mais roulent les cigares sur la « Plancha » ).

  • Mettre une allumette dans la tête (la pauvre !)

    On crée ainsi une cheminée et la fumée arrive trop vite en bouche. Elle est donc chaude et c’est au détriment des arômes.

Tout d’abord, vous avez dû remarquer que chaque cigare nécessite une coupe délicate en sa tête, ne dépassant pas l’amorce de l’arrondi. Pour cela, vous pouvez utiliser un coupe-cigare (simple ou double lame) ou un emporte-pièce. Commence alors la première phase de dégustation : le fumage à froid. Vous allez ainsi, durant 1 à 2 minutes, essayer de détecter quel univers aromatique vous attend.

Vient l’allumage…

Il peut s’effectuer de deux manières :

  • – en intérieur, rien ne remplace le cérémonial de l’incontournable allumette « allume-cigare »,
  • – à l’extérieur, le briquet à gaz type « chalumeau » est vivement recommandé.
  • – proscrire dans tous les cas : bougie, briquets-amadou ou à essence.

La règle d’or est de bien enflammer la totalité du pied, toute la couronne doit être en combustion. A défaut, votre cigare va brûler en biais. Les premières bouffées sont annonciatrices du bonheur attendu .

On dit souvent qu’un cigare se décompose en trois parties : le foin, le divin et le purin :

  • le foin : le premier tiers; le cigare démarre doucement et prend de la vigueur
  • le divin : le deuxième tiers ; la palette aromatique est optimale, la volupté assurée
  • le purin : le troisième tiers ; la tête du cigare s’étant chargée de nicotine, la puissance augmente au détriment des senteurs.

Toutefois, ces variations sont à nuancer. En effet, chaque cigare a sa personnalité et, en fonction des mélanges, cette division reste relative.
Il vous faut fumer doucement, réactivant éventuellement l’incandescence par deux ou trois petites bouffées rapides avant d’aspirer pleinement. Prenez votre temps, un cigare mérite attention, calme, douceur et tranquillité (déconseillé aux survoltés).
S’il s’éteint, dommage mais récupérable. Commencez par enlever toute la cendre délicatement, réchauffez patiemment l’extrémité afin de le rallumer puis reprenez votre dégustation.

Les meilleures choses ont une fin

Ce divin plaisir se terminant, suivant le type de cigare fumé, il vous restera un certain temps (voire un temps certain) une présence en bouche (persistance).

Tous les plaisirs ont une fin, un cigare mérite la sienne : on ne l’écrase pas, laissez-le s’éteindre noblement. Enfin, n’oubliez pas d’aérer la pièce et de vider le cendrier, évitant ainsi tout risque potentiel de conflit environnemental !

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

2 réponses sur “S’initier au cigare : quelques conseils”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *