Codes et tampons sur les boites de cigares

Vous avez sans doute déjà remarqué que chaque boîte de cigares cubains a un tampon, un code en dessous. Vous savez certainement également qu’il indique l’usine et la date de production. Mais savez-vous bien le déchiffrer ?

Début des codes sur les boites de cigares

Jusqu’en 1985, les boîtes de cigares cubains ne possédaient pas de codes. La seule inscription était « fait à Cuba », pas de date, ni de nom de manufacture. Francisco Padron, qui était le président de Habanos SA à cette époque modernise l’industrie du cigare cubain et décide de définir les fabricants et d’identifier les producteurs. En 1985, les tampons avec des informations sur la manufacture, le mois et l’année de production apparaissent. Mais cette information est codée.

Deux mots espagnols de cinq lettres ont été choisis pour chaque code. Leurs lettres correspondent à des numéros allant de 1 à 0. Le code est composé de quatre lettres. Les deux premières correspondent à des mois, les deux suivantes à l’année de sortie. Les codes de manufacture étaient composés de deux ou trois lettres.

N I V E L A C U S O

1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

Ces codes étaient nécessaires pour les manufactures. Notamment, pour connaitre les boites contenant des cigares pouvant présenter des défauts. A cette époque, il y avait un nombre important de plaintes contre la mauvaise qualité de certains cigares ce qui entraîna la nécessité de sanctionner sévèrement les employés négligents y compris les dirigeants de manufactures. Ces codes permettaient ainsi de retracer complètement les cigares à partir de leur terroir d’origine jusqu’à leur distribution finale.

Que s’est-il passé après ?

Le premier système de codes a été utilisé pendant environ quatorze ans. Ceci sans doute parce qu’il n’y avait alors presque pas de touristes étrangers à Cuba. Puis le gouvernement cubain a ouvert ses frontières au tourisme. Les premiers touristes ayant visité les manufactures de cigares ont découvert les codes.

En Décembre 1998, les codes et les données ont été révélés sur Internet et Habanos a décidé de les changer.

Le premier mot est le «code», le deuxième, le nom de l’organisation qui a supervisé le travail de toutes les usines, l’Union Snuff affaires de Cuba (aujourd’hui : Tabacuba). Pour l’adapter au format de 5 lettres, le mot de code a perdu le dernier o. La correspondance des lettres aux chiffres a été modifiée ainsi : le mot CODES correspondait aux chiffres à l’envers et cliquet 98765 – 01234 de chiffres. Le mot pour le décodage était assez étrange : Netagidocu.

C O D I G U N E T A

9 8 7 6 5 0 1 2 3 4

N E T A G I D O C U

1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

De plus, si la date est tamponnée dans un format « MMYY » maintenant la séquence a changé : les deux premiers chiffres pour l’année, et après le mois. Il y a également un nouveau code pour les fabriques. Il se composait de trois lettres et n’avait pas de règle, sauf une : la première lettre était représentative de la provenance des cigares.
La lettre E correspond à des manufactures de la ville de La Havane, « T » à la province de La Havane, « O » à la province de Cienfuegos, « N » – Granma, « U » – Houlgin, « G » – Pinar del Rio, «C» – Sancti Spiritus, «D» – Villia Clara, « A » – Santiago de Cuba.

Par exemple, si le tampon d’une boîte de Montecristo indique EAT CCUE cela indique que ces cigares ont été fabriqués à l’usine Partagas en Février 1999.

Ayant été mis en place en janvier 1999, les nouveaux codes n’ont existé que quatre mois puisqu’après, ils ont été décodés et la clé a été dévoilée sur le site www.cigarnexus.com, les Cubains ont donc été contraints de remplacer à nouveau le codage.

De mai 1999 à janvier 2000, la désignation de la date de fabrication était indiquée de la façon suivante :

  • Epoo – mai 1999
  • Esoo – Juin 1999
  • Euoo – Juillet 1999
  • Eaoo – Août 1999
  • Eooo – Septembre 1999
  • Leoo – Octobre 1999
  • Lloo – Novembre 1999
  • LROO – Décembre 1999
  • Eloo – Janvier 2000

Depuis janvier 2000, les Cubains ont cessé de cacher la date de fabrication et l’indiquent très clairement par les trois premières lettres du mois (en espagnol) et les deux derniers chiffres de l’année.

  • ENE – enero – janvier
  • FEB – febrero – février
  • MAR – marzo – mars
  • ABR – abril – avril
  • MAY – mayo – mai
  • JUN – junio – juin
  • JUL – julio – juillet
  • AGO – agosto – aout
  • SET – setiembre – septembre
  • OCT – octubre – octobre
  • NOV – noviembre – novembre
  • DIC – diciembre – décembre

Le code de la manufacture est composé maintenant de 2 à 4 lettres et pourrait changer de temps en temps. Il est sélectionné à l’aide de l’ordinateur et une même manufacture pourrait avoir deux codes en même temps. Il est beaucoup plus difficile actuellement de savoir précisément la manufacture et la ville où les cigares ont été faits. Dans un tel désordre, même les inspecteurs de contrôle ne reçoivent pas toujours l’information sur les tampons, ce qui permettrait de révéler les manufactures qui font des cigares de qualité médiocre.

Il faut aussi mentionner un cachet supplémentaire sur le fond de la boîte « Revisado », qui signifie «vérifiée». Donc voilà maintenant comment cette mention est apparue :

A l’occasion du nouveau millénaire, les autorités cubaines ont décidé de fabriquer 200 000 000 cigares (Cuba n’avait pas produit de telles quantités de cigares après la révolution). Cependant, la récolte de tabac de 1999 ne s’est pas avéré être très bonne et la qualité du tabac était très moyenne. La décision du Parti a obligé à créer des lignes supplémentaires de trieurs et de rouleurs de cigares qui n’étaient pas suffisamment qualifiés puisque les professionnels étaient déjà embauchés.

Ces informations sur la mauvaise qualité de ces cigares sont remontées jusqu’aux clients et les fumeurs ne veulent pas acheter ces havanes. Même les distributeurs officiels ont refusé d’acheter les cigares produits cette année 2000.

Quand il est apparu que ces cigares ne seraient pas venus, la direction de Habanos SA a décidé de leurs donner une seconde chance. Bien entendu, il était impossible de changer la qualité du tabac, mais des problèmes techniques pouvaient être corrigés. Ils ont donc ouvert les boîtes, vérifié le tirage, le mélange et le goût des cigares et ont essayé de les «réparer». Lorsqu’ils réussissaient, le cigare retournait dans sa boîte, sinon, il était détruit.

A propos des autres inscriptions que l’on peut également trouver sur les boutes à cigares :

Avant la révolution de 1959, tous les tampons étaient en anglais : Made in Cuba ou Made in Habana Cuba. Depuis 1960, ils sont en espagnol : Hecho en Cuba.


Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *