Histoire : Les guerres et le cigare cubain

Pour faire suite au dernier article entièrement dédié à l’histoire du cigare cubain, voici la dernière partie qui vient compléter cette histoire au travers des guerres qui ont influencé l’industrie du cigare cubain.
guerres cuba

« La Guerre des Dix Ans » 1868-1878

Appelée la première guerre ou «longue guerre», elle a duré dix ans. L’armée révolutionnaire a augmenté avec plus de 12 000 alliés temporaires, y compris de nombreux esclaves. Un grand nombre de grands propriétaires terriens ont rejoint les rebelles parce qu’ils espéraient de meilleures conditions commerciales, en particulier avec les États-Unis. L’ouest de l’île a été initialement exclu du combat. Il a été mis fin à la guerre avec le «Pacte de Zanjón ». Cuba ayant reçu une représentation au Parlement espagnol et l’émancipation progressive des esclaves a commencé. Le véritable objectif de parvenir à l’autonomie ne pouvait pas être réalisé. De nombreux producteurs de cigare ont émigré pendant la guerre aux Etats-Unis. Ils se sont installés principalement à Tampa, Key West et à New York.

La “Guerra Chiquita“ 1878-1879

La guerre d’indépendance a continué par la soi-disant « petite guerre », Guerra Chiquita, de 1878 jusqu’à 1879. Mais cette fois les souhaits des Cubains sont restés lettre morte.

La « guerre d’indépendance » 1895-1898

Les années passèrent, les forces de la Révolution, soutenues par des exilés cubains en Amérique du Nord, se préparaient à attaquer. José Martí est devenu une figure importante dans la lutte pour l’indépendance du Cuba et de l’Amérique Latine. Il a réussi à unir de nouveau les forces de la révolution qui étaient divisées depuis de nombreuses années et à mener la lutte.
L’Espagne échouait malgré une supériorité militaire initiale aux insurgés. Cette fois la lutte s’étendait sur toute l’île cubaine, enfermant financièrement l’ouest de façon importante pour l’Espagne. En Espagne, on discutait ainsi déjà ouvertement d’un retrait de Cuba.

Cependant, en Avril 1898, les USA sont intervenus dans la guerre. Ils étaient très intéressés financièrement par Cuba ainsi qu’aux Philippines et à Porto Rico. Pendant longtemps, il y a eu une tentative du côté américain d’annexer Cuba.
La soi-disant guerre hispano-américaine n’a duré que quelques mois. L’Espagne capitulait et l’Amérique ressortait comme vainqueur de cette guerre. Les rebelles étaient hors-jeu en raison de la supériorité militaire des Américains. Avec le « Traité de Paris », L’Espagne a donné les Philippines et Porto Rico aux États-Unis et a reçu en échange une indemnisation d’un montant de 20 millions de dollars. Bien que Cuba fût formellement indépendant, il est resté sous occupation américaine. En 1902, Cuba recevait formellement le statut de république, mais les USA se gardaient le droit d’intervenir militairement dans un article supplémentaire de la constitution cubaine, s’ils voyaient leurs intérêts ou leurs propriétés compromis. Cuba était donc politiquement et militairement indépendant et est resté de facto sous domination américaine. En outre, les USA installaient deux bases militaires : Bahía Honda dissoute en 1912, et Guantanamo qui existe encore aujourd’hui. Dans les décennies suivantes, les États-Unis ont utilisé cette base militaire d’intervention à plusieurs reprises.
Si Cuba dépendait autrefois des règles commerciales espagnoles, maintenant les Américains déterminaient le marché. Les Etats-Unis, avec l’Espagne et l’Angleterre à l’époque le plus grand exportateur de Habanos, a augmenté sa protection tarifaire à l’importation, ce qui a conduit à l’effondrement du commerce entre Cuba et les États-Unis. La Guerre d’Indépendance, qui n’a pas de réelle indépendance, malgré tous les efforts de Cuba, laissait une lourde dépression et une industrie affaiblie pour beaucoup de Cubains.

L’acquisition de l’industrie du cigare cubain par des investisseurs américains et britanniques

La guerre d’indépendance qui a affaibli énormément Cuba les dernières trente années du 19ème siècle, laissait le pays dans un état financier désolant. Ceci eu un impact considérable sur l’industrie du cigare. Beaucoup de producteurs de tabac étaient partis pendant la guerre en raison de la situation économique incertaine et en partie par conviction politique. Le travail dans les usines a été difficile dans de nombreux domaines. Beaucoup des torcedores avaient émigré aux États-Unis. Un manque de tabac brut a encore aggravé la situation.

L’économie s’effondrait et offrait à cette période une chance à d’autres investisseurs de s’engager. Cette occasion a été saisie par les investisseurs britanniques et américains. Ils ont acheté non seulement les grandes usines et les marques, mais aussi les meilleures plantations et les maisons sèches dans le pays et ont donc pris le contrôle complet de l’industrie du tabac cubain.
L’un des principaux investisseurs était Gustav Bock, co-fondateur de la «Havana Cigar & Tobacco Factory », un consortium se positionnant fortement sur le marché cubain. Gustav Bock était associé dans la « Henry Clay et Bock et Co Ltd », qui devait acquérir une partie considérable de l’industrie des cigares cubains. Gustav Bock présidait lui-même ce consortium. Derrière Gustav Bock se trouvaient avant tout des investisseurs britanniques. Ils achetaient, par exemple, la marque déjà célèbre et sa manufacture « à La Corona » avec en tout 18 marques de cigares et 3 marques de cigarettes, à côté de « La Rosa de Santiago », « La Flor de Naves» et «La legitimidad ». Le droit de marque appartenait cependant aussi à la possession des sites de production pour plus de 30 marques différentes.

Les Américains ont suivi l’exemple britannique. Ils ont commencé à acheter en grande quantité des manufactures et des terres fertiles. Ils se protégeaient avec cela non seulement pour le tabac dont ils avaient besoin pour leur production à la Havane, mais encore la matière première pour leur production à Key-west, Tampa, New York, Philadelphie, Nouvelle-Orléans et à d’autres endroits. Les Américains ont investi très fortement sur le marché cubain. Plusieurs sociétés américaines ont pénétré le marché. L’une des sociétés parmi les premières et les plus considérables était la « Havana Commercial CO » qui est entrée dans l’histoire comme un « American trust ». Le partenaire principal était un Américain du nom Collins employait sur place un connaisseur de l’industrie des cigares cubains, Francisco García à la Havane. Sous sa direction, l’ »American le trust » achetait en grande quantité, douze usines importantes à la Havane, 149 marques de cigare ainsi que 36 droits de propriété pour des cigarettes. Ils ont également prospéré grâce à l’acquisition de la société « Hija de Cabañas y Carbajal ». Avec cela l’American trust concentrait, à partir de 1903, plus de la moitié des marques d’Habanos en sa possession
Les Américains achetaient aussi à travers les sociétés britanniques. La Société « Henry Clay et Bock Ltd», par exemple, a transféré une partie substantielle de ses actions « La Corona » à « American Trust ». Ainsi, La Corona « restait » certes, officiellement sous la direction d’Henry Clay et Bock, mais le capital venait presque exclusivement des mains des Américains.

En 1904, la célèbre nouvelle usine « La Corona » encore préservée a été terminée. Elle est située juste à côté aujourd’hui du « Musé de la Révolution » l’ancien palais présidentiel. Directement à côté de celle-ci, on construisait, plus tard, en 1920, la « manufacture de Corona » connue ainsi sous le nom « Palacio de Hierro », le palais de fer. Une société de construction de New York a construit l’impressionnant bâtiment pour un prix à cette époque d’un million de Pesos. On faisait la production d’une grande partie des cigares qui étaient produits par « American trust », désormais dans cette manufacture. Jusqu’à il y a seulement quelques années, les cigares Corona étaient fabriqués dans cette usine. 900 travailleurs étaient employés, dont plus de 400 torcedores. Ils ont fait les marques de cigares Cohiba, Montecristo, Romeo y Julieta, Partagas, Cuaba, Hoyo de Monterrey et San Cristóbal dans tous les formats. Aujourd’hui, le bâtiment est vide.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *