Toute l’histoire du cigare cubain

La découverte

L’origine géographique et historique exacte du cigare n’est pas connue, selon Wikipédia. Cependant, il est supposé qu’en l’Amérique du Sud depuis des milliers d’années, certains autochtones fumaient du tabac dans des pipes et sous d’autres formes. Les rituels religieux des peuples d’Amérique du Sud, utilisaient des produits issus du tabac semblables aux cigares avec lesquels des prêtres pouvaient entrer en contact avec les dieux. Plus tard ce privilège a probablement été étendu aux chefs tribaux.
Ce qui est certain, c’est que le premier contact avec le tabac lors d’un voyage de Christophe Colomb a lieu en 1492 lorsqu’il accoste dans une baie de l’ile de Juana (aujourd’hui Cuba) et qu’il apprend ainsi que ses hommes à fumer de grandes feuilles séchées (le tabac). Deux de ses marins ont déclaré que les Indiens cubains fumaient des feuilles de tabac roulées en forme de cylindre. Les marins ont rapidement pris l’habitude de fumer et ont importé le tabac en Espagne au Portugal et en France.

La diffusion

Jean Nicot (1530-1604), ambassadeur de France au Portugal, a introduit le tabac comme un médicament en France et l’agent principal a été nommé nicotine. Depuis la France, le tabac connait un succès immédiat dans toute l’Europe. Les Voyages de Sir Walter Raleigh (1554-1618) sont à l’origine de la propagation en Amérique et au Royaume-Uni où le tabac a été consommé principalement dans des pipes. Jusqu’au milieu du 16ème siècle, le tabac était très répandu. Tout d’abord, avant tout comme médicament puis, le tabac est devenu de plus en plus un produit de luxe. Depuis le début du 17e siècle, le tabac est cultivé en Amérique afin d’être commercialisé.

L’histoire du Habano (cigare cubain)

De la domination coloniale espagnole jusqu’aux Chinchales (fabriques clandestines)
La Havane, la capitale de Cuba, est le berceau des célèbres Habanos. Les meilleurs cigares du monde ont toujours été faits dans le cœur de la ville de La Havane. Fondée en 1519, La Havane est depuis 1607 la capitale du pays.
La Havane a été pendant des siècles sous la domination coloniale espagnole. Le monopole du tabac était fermement tenu entre les mains de « Real Factoría », une entreprise espagnole qui contrôlait toute la production de tabac à Cuba jusqu’à l’exportation en Espagne et la surveillait. Le tabac à priser et à chiquer était très demandé en Europe et dans le restant du monde. Les cigares n’ont pas joué un rôle important ; ils n’ont été produits qu’en un petit nombre strictement limité. Déjà Christophe Colomb tombait lors de sa découverte du continent américain et Cubas sur le premier habitant qui mettaient une papillote de tabac dans la bouche se et fumaient.

La Havane sous la domination britannique

havane britannique
Lorsque l’Espagne en 1762 est impliquée dans la guerre de Sept Ans entre la Grande-Bretagne et la France, les Britanniques s’emparent de la Havane et ont maintenu la ville onze mois en leur possession. Pendant la période de l’occupation britannique, la puissance espagnole sur le monopole du tabac « Real Factoría » a été considérablement affaiblie.
Cette brève interruption de l’influence de l’Espagne a été le début de la dissolution du monopole espagnol dans le commerce du tabac. Pendant cette période de libre-échange et de libre entreprise, les citoyens cubains se sont faits une idée de combien ils pouvaient gagner sans les entraves de l’Espagne coloniale. Car le système colonial espagnol contrôlait non seulement la production des marchandises, mais dirigeait aussi tout le commerce sur les ports espagnols et levait même pour le commerce des colonies espagnoles entre-elles des taxes d’importation et d’exportation élevées. Au cours de la brève occupation britannique, il a été soudainement permis à n’importe qui de produire des cigares. Ceux-ci ont été roulés dans ce qu’on appelle les « Chinchales ».
«Chinchales » désigne une petite fabrique de cigares. Il s’agissait le plus souvent d’entreprises familiales qui se trouvaient dans des maisons d’habitation et où ne travaillaient pas plus, au début, le plus souvent qu’une ou deux personnes. Ces « Chinchales » ont poussé comme des champignons. Elles ont d’abord produit seulement pour la demande intérieure, mais, il n’a pas fallu longtemps avant que la production n’augmente. Les propriétaires de «Chinchales » ont commencé à coopérer avec les importateurs de tabac du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Amérique du Nord et d’autres pays. Cela a conduit à un véritable boom du cigare. Cependant, cette période n’a pas duré très longtemps, moins d’un an.

Retour sous le contrôle espagnol

Après que l’Espagne ait repris son contrôle sur Cuba, la « Real Factoría » se renforçait de nouveau et a retrouvé le pouvoir. Mais la demande sur les cigares avait augmentée, entre temps, énormément. La « Real Factoría » a alors défini une limite sur la quantité de tabac pouvant être utilisée pour la fabrication de cigares. La « Real Factoría » a essayé pendant un certain temps d’arrêter la production de grandes quantités de cigares, puisque les ventes de tabac à priser et à mâcher ne devaient pas être affectées par la consommation des cigares.
Mais le développement ne pouvait pas être arrêté. La demande sur les cigares augmentait toujours. La « Real Factoría » a donc construit elle-même une grande fabrique de cigares. Comme l’institution royale, elle recrutait sa main-d’œuvre grâce à l’aide sociale. Il y avait beaucoup de femmes qui étaient prêtes à beaucoup travailler pour peu d’argent. Les places restantes ont été occupées avec des femmes esclaves.

A partir de 1799, la production de cigare prospère. Seule une unique usine appartenant à la « Real Factoría » existait au début, en 1802 on construisit une autre manufacture. Plus de 100.000 kilogrammes de tabac ont ensuite été traités, tous les cigares ont été exportés vers l’Espagne.

La production de cigares dans les « Chinchales » a quant à elle continué sans interruption. « Real Factoría » fermait les yeux pour différentes raisons. Beaucoup d’employés de « Real Factoría » travaillaient à côté dans leur propre « Chinchales » pour avoir un salaire d’appoint. En outre, la « Real Factoría » n’était pas en mesure d’acheter tout le tabac produit en grande quantité par les planteurs. Et tous les cigares ne pouvaient pas être destinés au marché espagnol.
On doit certainement à ce propos jeter un regard en Europe : depuis 1792, la guerre dominait en Europe peut être pour repousser l’influence de la révolution française et de Napoléon Bonaparte. Puisque l’Espagne s’était engagée lors de différentes circonstances défavorables dans la guerre, cela limitait naturellement aussi les relations commerciales.
Les « Chinchales » prospéraient. Et il y avait les premières tentatives d’introduction de marques de cigares. Don Francisco Cabañas en 1810 fut le premier à faire enregistrer sa propre marque, une nouveauté absolue.
Les Chinchales se développaient pour devenir une petite industrie étendue et entraient en compétition avec « Real Factoría ».Car non seulement les fournisseurs étaient impressionnés par la gamme qu’offraient les « Chinchales », mais aussi beaucoup d’employés de « Real Factoría » étaient intéressés par les salaires payés dans les « Chinchales » qui étaient meilleurs. Don Francisco de Arango y Parreno, une figure respectée à Cuba à cette époque et également conseiller de la « Real Factoría », exprimait ces faits dans son rapport en 1812. En outre, il appelait à une série de réformes, y compris la détermination de la « Real Factoría » et donc du monopole du tabac espagnol.

La fin de la « Real Factoría » – le monopole

De 1808 jusqu’en 1814, l’Espagne se trouvait sous la domination française. Après que Ferdinand VII d’Espagne revienne en 1814 au pouvoir, il se concentre avant tout sur les conditions dans les colonies. Sous son autorité, le monopole du tabac espagnol était dissout réellement en 1817 à Cuba. Le roi a déclaré dans son décret que seul le libre-échange entre les Européens, les Américains et les Espagnols pourrait promouvoir le développement de tous. Il encourageait aussi la culture du tabac à Cuba.
En raison de la dissolution complète de la « Real Factoría », toutes les possibilités étaient ouvertes pour un redressement rapide de l’industrie du cigare. Un incroyable boom suivi. De partout affluèrent des entrepreneurs qui voulaient tenter leur chance dans l’industrie du cigare et avait entendu parler des merveilleux Habanos. La demande était immense.
L’Habano était déjà devenu, à cette époque, un symbole du standing partout dans le monde. En 1840, 306 manufactures de cigare existaient à la Havane, en 1861, il y en avait déjà 516. En 1855, le nombre de cigares exportés atteignait le chiffre astronomique de 356,5 millions de pièces.

L’introduction de la lithographie

En raison de la demande d’Habanos et en raison de sa popularité extrêmement grande sur le marché international, apparaissaient déjà après une courte période, une quantité énorme de contrefaçons. Il fallait donc un moyen d’identifier un véritable Habanos.
L’Espagnol vivant à la Havane Ramón Allones était en 1845 le premier qui mettait ses cigares dans des boîtes de 25 avec une illustration qui informait les clients sur le produit et son origine. Il utilisait pour cela des impressions lithographiques.

La lithographie est une technique d’impression qui permet la création et la reproduction en un grand nombre d’exemplaires d’un dessin exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire. Le procédé de lithographie était encore une toute nouvelle technique qui a été découverte seulement en 1798. Cette technique était parfaite pour la reproduction du texte et de l’image. Dans de nombreux domaines, en particulier pour la représentation picturale, cette méthode a prévalu. Vous devez vous rappeler avant tout qu’à cette période, la photographie n’avait pas encore fait son entrée dans le quotidien. Depuis le début du siècle, plus précisément depuis 1822, existait à La Havane un atelier pour les lithographies. Le nombre d’ateliers a augmenté considérablement dans les années suivantes.
Déjà après un temps relativement court, ces simples projections étaient remplacées par des chromolithographies, c’est-à-dire, des projections colorées. Ces chromolithographies très coûteuses le plus souvent avec des impressions or et très décorées, sont de vraies œuvres d’art. En outre, par cette forme de haute qualité de la présentation, on soulignait également la haute qualité du produit Habano.

Les palais à cigares de La Havane

Au milieu du 19ème siècle, l’Habano était devenu partout dans le monde un symbole de standing. Dans les années 1840-1860, on commença la construction de bâtiments prestigieux qui étaient conçus spécialement pour être des manufactures de cigares. Ce qui ne c’était jamais produit auparavant. Ces maisons toutes très impressionnantes, reflètent la force énorme et la puissance de l’activité des cigares.
Les premières manufactures étaient en 1840 « El Figaro », construite par Julián Rivera, et l’usine de Punch » qui fut reprise peu de temps après par Luis Corujo. En 1844, suivait la célèbre « manufacture de Partagás » qui existe toujours. Puis suivirent la manufacture d’Upmann » sur l’avenue Carlos III. et les manufactures « La Reforma » et « La Africana ». En 1845 l’usine « La Corona » était construite. Mais elle n’existe plus. Aujourd’hui sous le nom La manufacture de Corona existe une célèbre usine qui fut terminée seulement en 1904. Un certain nombre d’autres usines est également apparu au cours de cette période. Cependant, il y a des noms et des marques dont lesquelles aujourd’hui, personne ne se souvient. L’une de ces usines, « La Majagua » doit cependant être mentionnée ici puisque le bâtiment existe toujours et qu’il est même en très bon état.
En1861, il existait à La Havane et ses districts environnants 516 fabriques de cigares, dans lesquelles, 15’128 personnes travaillaient. Les plus grandes usines employaient à l’époque plus de 500 travailleurs.
En 1863, selon une décision royale une partie des remparts de la Havane a été démolie. Cela permit l’aménagement de nouvelles terres qui étaient parfaitement adaptées pour d’immenses « palais de cigares » que voulaient construire leurs propriétaires sur des terrains bien situés. Il s’agissait de grands bâtiments qui reflétaient universellement le succès économique de l’Habano. Ces bâtiments ont presque tous été construits vers 1880. Ces bâtiments inclus « La Escepción » de José Gener, « La Meridiana » de Pedro Murias, « El Eden» de Calixto Lopez, le « Palacio Villalba, » et le « Palacio Aldama ». Vers l’an 1880, on peut parler d’un âge d’or des cigares cubains.
Il était important à ce moment-là d’être bien situé puisque le tabac était transporté en train jusqu’à la capitale. Ce qui a impliqué que les fabriques soient très proches les unes des autres. Adriano Martinez Rius en référence à cette zone relativement petite dans le centre de La Havane l’appelait « le périmètre d’or de l’Habano ». Sûrement que ces palais étaient aussi une expression de la lutte concurrentielle à laquelle se livrait les différents producteurs de cigares. Les palais ne pouvaient pas être plus confortables et spacieux. En outre, ces locaux offraient naturellement les conditions de travail optimales pour les Torcedores (ouvriers qui confectionnaient les cigares).

Temps troublés – La Havane à la fin du 19ème siècle

Piratage

Le boom des cigares cubains au cours du 19ème siècle avec une demande sans cesse croissante et de fortes ventes mondiales a eu également des inconvénients. Le problème le plus grave, est qu’un certain nombre de différentes marques et noms de marque existait, mais leur utilisation n’était pas juridiquement clairement indiquée. Beaucoup de marques existantes provenaient de l’époque des petites Chinchales quand il y en avait des centaines. Beaucoup de marques ont été acquises et ont produit des cigares sous leur propre nom dans de grandes usines. Beaucoup de noms de marque des premiers temps du boom de cigare resteraient inutilisés par leurs propriétaires, puisque la production était engagée depuis longtemps. En raison de cette complexité, quelques producteurs ont eu la possibilité de vendre sous un nom de marque déjà bien connu, leurs cigares, au grand dam des propriétaires de ces marques.
La situation était si tendue que le commandant général de l’île, Guitierrez de la Concha, le 24 Décembre 1855 dans le « décret de la ville de la Havane » faisait insérer les articles 60 et 61 lesquels réglaient clairement les droits des propriétaires de marque et des vendeurs de cigares. En conséquence, celui qui vendait des cigares sous un nom de marque sans la posséder, devait payer une amende allant de 13 à 20 Pesos. En outre, le gouverneur a prévu que toutes les marques devaient être enregistrées auprès de lui. Seulement lorsque l’enregistrement était fait, on était autorisé à produire des cigares sous ce nom et à les vendre.

Introduction du sceau de garantie comme protection contre les contrefaçons

En plus de la piraterie de marque, les Habanos étaient falsifiés depuis déjà longtemps et ont fait l’objet contrebande. Des copies de boîtes de Cuba étaient remplies de cigares d’autres provenances. Ces Habanos falsifiés proposés à un prix plus abordable, ont endommagé au fil du temps la réputation des véritables cigares cubains puisqu’ils ne pouvaient pas rivaliser en termes de qualité avec l’original. Pour identifier l’authenticité des Habanos, un sceau de garantie a été introduit le 13 février 1889, lequel autorisait les membres de « l’union de Fabricantes de Tabaco » à marquer leurs cigares comme produits à la Havane. Ce sceau contribuait de façon définitive à protéger l’Habanos. Encore aujourd’hui, le sceau existe toujours, mais sous une forme visuelle différente.

La lutte pour l’indépendance de Cuba

Cuba a combattu à la fin du 19ème siècle comme l’une des dernières grandes colonies qui ont longtemps cherché indépendance de l’Espagne. L’Espagne avait toujours réprimé les exigences de plus de liberté, surtout dans les échanges commerciaux. Enfin, les Cubains étaient disposés à faire valoir leurs droits, par la force si nécessaire. En tout trois guerres qui s’étendaient sur une période de trente ans, ont eu une grande portée sociale, politique et naturellement aussi les changements économiques qui s’y rapportent.

Voir la suite de cette article sur cette page dédiée aux guerres qui ont marqué l’industrie du cigare à Cuba :
https://www.cigares.com/blog/guerres-cuba/

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Une pensée sur “Toute l’histoire du cigare cubain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *