Le 20ème siècle pour le cigare cubain

Le 20ème siècle a apporté une série de changements pour l’industrie du cigare cubain. Environ 70 usines indépendantes existaient au début du siècle. Les autres usines et marques appartiennent à des consortiums américains et britanniques. Ce sont, de nouveau, de grandes quantités de tabac qui sont exportées de Cuba et seulement une petite partie des cigares qui sont faits à la Havane. Des restrictions d’exportation se répandaient dont le but était d’interdire, peut-être celle-ci, complètement.
Le développement plutôt positif du marché des cigares au début du siècle ne dura pas longtemps, car la première guerre mondiale en 1914 fit s’écrouler presque complètement le marché européen, des moments difficiles. Mais suivirent les années 20, les « années d’or », « La danse des millions» également connu comme « la période des vaches grasses », les cigares se vendirent comme jamais auparavant. On pouvait spéculer, gagner beaucoup, mais aussi tout perdre. L’une des faillites les plus connues de cette période était la famille Upmann qui a perdu sa fortune avec des transactions financières et a donc dû abandonner la production de cigares. En 1922, la fabrique de cigares devait être vendue à la société britannique Frankau. Mais les Upmanns n’étaient pas les seuls, l’usine Fonseca également connue a été vendue. La manufacture Ramón Allones, jusqu’à maintenant possession de la société indépendante « Rabell, Costa, Vales y Cia. », passait dans les mains des britanniques.
La crise économique mondiale de la fin des années 20 a laissé sa marque sur l’île des Caraïbes. L’ambiance sur le marché et dans l’industrie du cigare cubain était très pessimiste. Les détracteurs prédisaient même la fin de la production de cigares à Cuba. A la fin, de plus en plus de marques de cigare et usines étaient encore dans les mains de quelques propriétaires.
En plus des changements économiques mondiaux, l’introduction des cigares faits à la machine a influencé la situation du marché. Les Américains, leaders dans ce domaine, étaient maintenant capables de produire plus de cigares à des coûts encore plus bas. Ils ont sacrifié la qualité pour la quantité, mais ont pu aussi ouvrir l’accès à des marchés complètement nouveaux L’industrie du cigare cubain a été bien sûr affectée lorsque ces produits aux prix avantageux ont inondé presque tout le marché mondial.
1927, une Commission pour la protection de tabac cubain a été fondée. Celle-ci voulait défendre le tabac venant de Cuba et les cigares réellement produits à la Havane et garantir ainsi la qualité et l’originalité des cigares cubains.
A la fin de la seconde guerre mondiale, la situation s’est stabilisée sur le marché mondial, par exemple, le gouvernement américain a commandé une quantité considérable de Habanos pour les envoyer comme cadeau à ses troupes stationnées en Allemagne.
Le nombre d’usines indépendantes a diminué rapidement puisqu’elles étaient environ 70 en 1910 et seulement une vingtaine à la fin des années 50. Ils comprennent les marques encore bien connues telles que Romeo y Julieta, Por Larrañaga et José L. Piedra. D’autres marques célèbres ainsi que leurs noms de famille, comme Menéndez, García Castañeda, Montero, J. Cano et Calixto Lopez, en particulier, ne jouent plus aucun rôle aujourd’hui

La Révolution cubaine

Le tournant décisif dans l’histoire de Cuba a été la Révolution cubaine. Fidel Castro et Ernesto « Che » Guevara en ont été les grands Aficionados.
che guevara tet son influence sur le cigare cubainLa conséquence de la victoire des révolutionnaires a été la dégradation des relations avec les USA et John F. Kennedy a imposé un embargo contre Cuba (en ayant toutefois pris la précaution de se constituer un stock d’Habanos juste avant cet embargo).
La Révolution cubaine a changé complètement la situation à Cuba. Toutes les usines de cigares ont été nationalisées, à partir de 1960, immédiatement après la fin de la révolution. Les marques présentes en possession américaine et britannique et les usines n’étaient pas non plus exclues de la nationalisation. Les relations avec l’Amérique étaient complètement interrompues, en outre, l’embargo commercial, interdisait l’importation de Cuba à l’Amérique de presque de toutes les marchandises. Il y avait une centralisation de la fabrication de cigares sous la direction de « Kubatabaco ». Initialement, Fidel Castro souhaitait socialiser les cigares, puis respectivement, seulement proposer une marque unique. Cependant, il en fût autrement. Certaines marques ont disparu, d’autres sont apparues. Donc aussi le label culte Cohiba. Un garde du corps de Fidel Castro fumait un long cigare mince dont l’arôme éveilla l’intérêt du Commandante. Il fît la connaissance du Torcedor Eduardo Rivero et le charga de fonder une manufacture laquelle devait produire le Lancero de Cohiba « . Le cigare personnel de Fidel arrivait seulement en 1983 dans le commerce officiel.
En 1994, « Habanos SA » a fondé une société qui est responsable de la commercialisation et de la vente des Habanos. Depuis 2001, la société « TabaKuba » est responsable du processus de production.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *