Mon cigare est-il complexe ?

Une des meilleurs qualités qu’un cigare premium puisse présenter, en tous cas aux yeux des amateurs avertis, est son bouquet d’arômes et de saveurs noble, riche et parfois complexe. Je sais, je sais, parler de bouquet complexe sonne bien mais finalement d’où provient exactement cette complexité et que cela veut réellement dire ?

Le jugement de la complexité d’un cigare va être propre à chaque dégustateur, ainsi que la capacité à en détecter les arômes et les saveurs, mais voici ici les bonnes bases sur lesquelles travailler si cette notion de complexité vous parait abstraite…

Pour se faire il va falloir commencer par détecter les arômes qui composent le bouquet du cigare et par la suite juger ou non si nous trouvons ça complexe. C’est cette combinaison d’arômes et de saveurs qui va ou pas être complexe.

La règle la plus simple va déjà être de classer les arômes trouvés par famille ou sous famille.

Détecter

Alors commençons par les arômes du cigare à cru. Vous commencez par sentir votre cigare avant son allumage… Quelle est la première gamme d’arômes qui vous saute au nez. Florale, fruitée, végétale, animale, minérale ou grillée ? Si par exemple à cru votre cigare présente déjà des notes de torréfaction (donc grillées) accompagné de notes d’humus, sous bois (donc végétales) tout en présentant des notes de musc (famille animale)… dès ce premier aperçu vous pouvez commencer à juger votre cigare de complexe ! Dans ce cas précis votre cigare présente trois familles d’arômes différentes et en plus de provenance divers tels que les arômes issus de la fermentation, du terroir d’origine et de l’assemblage, mais également de l’évolution de votre cigare avec des notes animales.

Le Cohiba Secretos présente une belle complexité...
Le Cohiba Secretos présente une belle complexité…

Pour faire simple à partir du moment où vous détectez trois arômes ou plus issus de deux familles d’arômes différentes ou plus votre cigare peut être qualifié de complexe.
Pour vous aider à développer votre vocabulaire en terme d’arômes liés au monde du cigare vous pour retrouver sur l’article dédié aux « arômes du cigare » une liste relativement complète vous permettant de partir sur un bon vocabulaire de base.

Vous pouvez donc par la suite faire le même exercice olfactif après allumage et donc voir si ce bouquet d’arômes présents à cru se confirme et reste ou pas tout aussi complexe. N’oubliez de pratiquer durant cette phase la rétro-olfaction afin de détecter plus facilement les arômes de votre cigare au niveau du bulbe olfactif.

Votre cigare peut évoluer et devenir plus complexe

Il faudra retenir une chose importante avec votre cigare c’est que c’est un produit vivant… Tout comme le vin, il va présenter des arômes dans sa jeunesse lorsque vous venez de l’acheter, par la suite si il est mal conservé il pourra présenter des maladies, parfois mourir, ou au contraire si il est conservé dans les meilleures conditions et que son potentiel de garde est bon, présenter après quelques mois ou quelques années de conservation, un bouquet d’arômes beaucoup plus complexe que lors de son achat.

Il peut être intéressant pour chaque dégustateur de bien cerner trois catégories d’arômes en dégustation, les arômes primaires qui représentent l’expression variétale de votre cigare au travers de ses origines, de son assemblage, de son terroir, les arômes secondaires, qui font eux parties des arômes fermentaires qui apparaissent plus durant la fermentation des feuilles de tabac, leur conservation avant l’assemblage, et enfin les arômes tertiaires qui sont plus issus de l’évolution de votre cigare et qui apparaitront dans les cigares premium propices à la garde après quelques années de conservation en cave.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *