Histoire et découverte du premier cigare

12 octobre 1492. Nous connaissons tous la date. Chaque étudiant que ce soit en Amérique ou dans le monde doit avoir croisé cette date. Ils ont même fait quelques films à ce sujet.

Pour rappel au cas où, Christophe Colomb s’est trompé d’un demi-hémisphère et a accidentellement découvert les Amériques. Mais ce qu’ils ne vous disent pas à l’école, c’est que dix-sept jours plus tard, le 29 octobre, Chris et son équipage de trois personnes ont navigué dans les eaux protégées de la Bahía de Gibara à Cuba. Ne sachant pas à quoi s’attendre, il envoya deux marins à terre : Rodrigo de Jerez et Luis de Torres. C’est ici – et non sur l’île de San Salvador des Bahamas, comme cela a été si souvent répété – que les deux conquistadors espagnols ont découvert des hommes et des femmes autochtones qui fumaient probablement la première version de ce qui deviendra le cigare plus tard. Bien entendu ces cigares étaient des cigares cubains ! Ce n’était pas des cigares tel que nous les connaissons aujourd’hui; ceux-ci étaient faits de feuilles brutes et tordues de tabac. Des feuilles de maïs séchées ont été utilisées pour la cape, et on peut supposer que la culture n’a pas été faite tel que nous la pratiquons aujourd’hui. La taille du module était estimé à un diamètre aussi grand que votre tour de bras. Il a été écrit que Rodrigo a effectivement pris une bouffée ou deux, devenant ainsi le premier fumeur de cigare européen dans l’histoire.
Huit jours plus tard, le mardi 6 novembre, Rodrigo et Luis, furent de nouveau débarqués, cette fois sur l’île de San Salvador, et ils retrouvèrent les indigènes, qui avaient été nommés comme « Indiens » par les colons, en fumant les mêmes cigare.

Christophe Colomb a noté cette information, avec quelques feuilles de tabac en échantillon, pour les montrer en Espagne, où Rodrigo de Jerez a décidé de montrer en fumant cette herbe inhabituelle en public, comme il l’avait fait à Cuba. Rodrigo fut par la suite emprisonné et accusé de sorcellerie par l’inquisition Espagnole en voyant cette fumée qui lui sortait par les narines.

Mais la souffrance de Rodrigo n’a pas finalement pas été vaine, car peu de temps après fumer le cigare est devenu la nouvelle culture de la société espagnole. Peu de temps après, cette coutume du Nouveau Monde a été reprise au Portugal. Cependant, en raison du coût du tabac, elle était réservée aux classes supérieures et aux gens aisés, une image élitiste qui est restée très longtemps avec le cigare roulé à la main. Pour quelque raison que ce soit, les Espagnols décidèrent de garder pour eux leur découverte du tabac, et les cigares furent rarement vus au-delà de leurs frontières pendant les trois cents années suivantes.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *