Le rouleur de cigares ou Torcedor

Le rouleur de cigares ou Torcedor représente l’un des métiers les plus importants à Cuba.

rouleur de cigare
Le rouleur de cigares ou Torcedor roule les feuilles de tabac, les coupe, les colle à la colle végétale et s’assure de la précision de son travail. Dans un mouvement fluide, artistique et d’une précision chirurgicale de nombreux hommes et femmes se consacrent à ce métier, afin de sculpter des tripes, des sous-capes et des capes donnant naissance à des cigares d’exception.

Depuis plus de deux cents ans, les tabacs de La Havane sont renommés car, même si les planteurs de tabac se livrent à un travail fastidieux sous le soleil, les mains des rouleurs de cigares transforment ces feuilles en cigares cubains premium.

L’histoire des rouleurs de cigares est à la fois longue et complexe, le tabac et le sucre sont les piliers de cette nation, comme l’a dit un jour le cubain Fernando Ortiz.
La liberté de cultiver du tabac – officiellement autorisée en 1614 – a permis d’étendre les régions pour obtenir les meilleures feuilles. Lorsque le roi Felipe VII a levé l’interdiction du tabac qui était présente depuis une centaine d’années, en vertu d’un décret royal signé en 1817, les planteurs ont obtenu la liberté de cultiver, de fabriquer et de vendre du tabac.

fabrication d'un cigareLa demande de tabac cubain a appelé à la consolidation d’une industrie puissante et à la pointe de la technologie, ainsi qu’à la spécialisation du travail afin de répondre aux besoins du marché. Même si les premiers rouleurs de cigares étaient ceux qui plantaient eux-mêmes leurs tabacs pour leur consommation personnelle, le village de San Cristobal de La Havane et l’état insulaire se sont parsemés d’ateliers et d’usines de cigares – principalement des entreprises familiales – créant des emplois pour les rouleurs de cigares. Au début du 19ème siècle, les cigares étaient roulés dans des usines, des prisons, des foyers pour enfants où détenus et réfugiés étaient supposés se consacrer à «l’enseignement de la libération des cigares». Des cigares étaient également fabriqués chez des particuliers et dans les nouvelles usines de cigares qui s’installaient. Le premier atelier appartenait à Francisco Cabañas et avait une masse salariale de 16 ouvriers. Dans les années 1820, le nombre d’ateliers et de rouleurs de cigares a augmenté. La Couronne espagnole a dicté plusieurs ordonnances, tels que l’arrêté royal du 25 janvier 1827, selon lequel à partir de ce moment, aucun impôt sur la fabrication ne serait perçu sur les rouleurs de cigares et les propriétaires d’usine, leur donnant la liberté de faire des affaires sans être soumis à l’impôt qu’ils étaient tenus de payer dans le passé.

Le rouleur de cigares ou Torcedor a exercé une grande influence sur la société cubaine. Les rouleurs fondèrent la Sociedad de Socorros Mutuos de Artesanos à La Havane, «La Fraternal» à Santiago de Las Vegas et la Sociedad de Artesanos de San Antonio de los Baños, composées essentiellement de travailleurs de fabriques de cigares et de la guilde de l’industrie du tabac. Ils ont été les premiers ouvriers à se mettre en grève à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Des hommes comme Miguel Fernandez Roig, assassiné pendant la République, et Lazaro Peña, dirigeant des syndicalistes cubains, étaient tous les deux passionnés de cigares. Les rouleurs de cigares continuent de travailler dur pour améliorer la qualité dans les usines, dans les Casas del Habano et d’autres endroits. Cette armée d’hommes et de femmes – essentiellement des plus jeunes – poursuit son travail créatif avec de nouvelles vitoles afin de faire en sorte que les cigares cubains restent la référence depuis plus de deux siècles.

usine cigaresCinquante usines de cigares sont consacrées à l’exportation, avec plus d’un millier de rouleurs de cigares et 350 autres ouvriers qui dirigent des dégustations pour s’assurer de la qualité des cigares produits. Ils ont toujours conservés le même savoir faire que les premiers rouleurs, en se servant de leurs mains pour transformer les feuilles de tabac en véritables joyaux qui continuent de remplir leur mission d’ambassadeurs de Cuba à travers le monde. Par conséquent, personne ne peut dire un mot d’adieu à nos lecteurs à l’exception d’un rouleau à cigares. Les rouleurs de cigares accompagnés par leurs lecteurs ont donc encore de beaux jours devant eux. En produisant des cigares de qualité d’années en années ils ont conserver leur savoir faire et leur grande renommé dans le monde.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Une pensée sur “Le rouleur de cigares ou Torcedor”

  1. bonjour j’ai ma propre marque et voudrait faire ma gamme de cigare avec anneaux de cigare personnaliser je recherche donc un torcedor de cuba pour constituer ma gamme de cigare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *