Zino Davidoff : toute une histoire

Les fondations de Zino Davidoff

cigares davidoffZino Davidoff était destiné a créé de grands cigares. Davidoff a commencé sa vie en 1906, fils d’un marchand de cigares à Kiev, en Ukraine, qui faisait alors partie de la Russie. La famille Davidoff a mélangé des tabacs provenant principalement d’Asie et a vendu des cigares et des cigarettes avant de même de déménager, quand Zino avait cinq ans, à Genève, en Suisse. C’est là qu’ils ont ouvert un bureau de tabac. L’histoire raconte que même Vladimir Lénine, exilé en Suisse depuis plusieurs années, était client, avant de retourner en Russie en 1917. La boutique a été la base, les fondations de ce qu’allait devenir l’enseigne Davidoff.

À l’âge de 19 ans, Zino a voyagé en Amérique latine – y compris à Cuba – et s’est plongé dans la culture du tabac. De retour à Genève, Zino a appliqué ses connaissances à l’entreprise familiale. Il crée de nouveaux mélanges, invente de nouvelles façons de conserver le tabac et les cigares (plus tard, il invente la cave à cigares de bureau, permettant aux clients d’acheter et de stocker correctement beaucoup plus de cigares à la maison) et, en 1947, crée les premières lignes de cigares Davidoff appelées « Château » et « Grand Cru », aux formes spécifiques et du nom des vins de Bordeaux. Davidoff est devenu synonyme de bonne vie, devenant un symbole de statut social, en particulier en Europe. Mais attendez, il y a plus. Bien plus encore.

Avant de créer le cigare Davidoff, la boutique Davidoff vendait des cigares cubains et, en particulier, commercialisait avec succès la populaire série de châteaux de la marque de cigares Hoyo de Monterrey à partir des années 1940. Ce sens aigu de la vente au détail a impressionné les Cubains et la ligne Chateaux allait devenir la base d’une collaboration historique. En 1967, Cubatabaco, l’organisation étatique qui contrôlait l’industrie cubaine du cigare, a approché Davidoff avec l’idée de faire un cigare cubain au nom de la famille. Le cigare, disent certains, était essentiellement une version des cigares Cohiba fabriquée dans la même usine, mais avec une cape plus légère qui rendait la version Davidoff plus lisse et plus douce. Les cigares cubains Davidoff ont connu un énorme succès et la demande a augmenté. Il en va de même pour la production, ce qui a suscité des inquiétudes de la part de Zino quant au maintien de la qualité et de l’uniformité de sa marque. Afin de se diversifier, Davidoff a également commencé à produire quelques cigares en République dominicaine, y compris le Davidoff White Label.

Fin des relations avec Cuba

En 1991, Zino a cessé ses relations avec Cuba et transféré toute la production de Davidoff en République dominicaine. Il a indiqué un manque de qualité comme principale raison de son départ de Cuba. Il a à l’époque brûlé en public des milliers de ses cigares Davidoffs cubains qui, selon lui, n’étaient pas à la hauteur. La vérité de cette cessation d’activité à Cuba est un peu floue, mais de ses coups de communication prônant la qualité avant tout est né l’empire Davidoff d’aujourd’hui.

Les séries Davidoff

cigares davidoff winston churchillDavidoff White Label inclut maintenant des séries comme les cigares Millennium, Grand Cru, Signature et Aniversario. Le Grand Cru est élaboré à partir d’un assemblage dominicain enveloppé dans une feuille de cape Connecticut d’Equateur. C’est un cigare presque sucré, riche et onctueux. Des notes de café espresso et de crème, avec des notes d’agrumes et de gingembre pour certains millésimes plus anciens. La série Signature est un peu plus douce. L’assemblage Aniversario présente un peu plus de notes de cèdre et de noix. Millénium est l’année où Davidoff commence à fournir une certaine force. Le mélange Millennium est beaucoup plus terreux avec des notes de chêne, de cuir et d’épices. La finale, bien qu’encore typiquement crémeuse, est également croquante et épicée.

Au 21ème siècle, Davidoff a introduit ses lignes Black Label dans son portefeuille. Cela correspondait à l’utilisation de tabacs nicaraguayens dans les cigares comme Davidoff Nicaragua, ce qui permettait d’obtenir un profil de saveur moyen. Le Nicaragua est encore typiquement élégant, mais joliment poivré avec une enveloppe nicaraguayenne à base de graines cubaines contenant un mélange de tabacs nicaraguayens. Je ne sais pas s’il y a un meilleur exemple du mélange que le Toro à environ 18.-, et le Diadema, ou Perfecto à environ 20.-, très bien coté.

Davidoff, voyant le succès de son assemblage Nicaragua, a élargi le catalogue Black Label avec Yamasá et Escurio. Passant au niveau moyen à moyen à moyen plein, Yamasá a une feuille de cape dominicaine sombre autour d’un assemblage de tabacs dominicain et nicaraguayen. Les arômes sont le café, les épices avec des notes poivrées et légèrement toastées. Le Robusto coûte environ 15.-. Escurio est un peu plus complet encore. Il incorpore du tabac brésilien comme sous-cape et la tripe est un assemblage de tabacs dominicains, le tout enveloppé dans des feuilles de tabac équatorien. Il y a beaucoup de complexité une finale très épicée voir pimentée. Le Gran Toro est un plus gros format d’environ 18.-.

Une ligne spéciale que j’aime beaucoup est le Puro d’Oro. C’est un cigare moyennement corsé avec une tête en queue de cochon qui offre des notes d’épices légères dans une fumée crémeuse, légèrement végétale avec des notes de cèdre et de cuir qui ressortent. Cela se présente sous la forme d’un Petit Corona, d’un Corona Gorda et d’un Toro. Davidoff Winston Churchill est peut-être le mélange le plus sophistiqué de tous, utilisant des tabacs dominicains, nicaraguayens et mexicains dans une feuille de cape équatorienne. Il y a du poivre, du cuir, du café et du cèdre. La bague représente une silhouette dorée de son homonyme. Vous devez essayer le Churchill à environ 19.-.

Un groupe international

Davidoff – officiellement connu sous le nom de Davidoff de Genève – fait partie d’Oettinger Davidoff, un groupe international qui fabrique également des vêtements, des eaux de Cologne et d’autres produits de luxe haut de gamme.

L’entreprise produit également d’autres marques de cigares. Depuis une vingtaine d’années ou plus, la marque de cigares Avo, créée par le légendaire Avo Uvezian, présente des cigares assemblés, roulés et distribués par Davidoff. Camacho, marque créée dans les années 1960 par l’exilé cubain Simón Camacho, puis acquise par la famille Eiroa, a été vendue à Davidoff en 2008, bien que la famille Eiroa reste propriétaire des champs de tabac au Honduras.

Et les Davidoffs cubains ? Beaucoup existent encore et ont été vendus à diverses ventes aux enchères au fil des ans, rapportant des milliers de dollars la boîte.

Les cigares Davidoff sont chers, certes, mais conformes à la philosophie de Zino. « Fumez moins, mais mieux« , disait-il.

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *