Différences entre les cigares fabriqués à la main et ceux fabriqués à la machine

Tripe longue et tripe courte. Cet article peut donc concerner principalement la tripe du cigare ? Les cigares faits à la main sont généralement fabriqués avec une longue tripe, généralement trois ou quatre feuilles de tabac entières ou parfois coupées en partie qui ont été roulées ensemble pour créer notre fameux cigare. En revanche dans la plupart des cigares faits à la machine, la tripe est courte, faite de restes de tabac haché et parfois de tiges de feuilles de tabac. Est-ce que le fait que le cigare soit fabriqué en tripe courte ou en tripe longue influence la dégustation du cigare ? Pour trouver la réponse, nous allons faire un petit rappel sur l’histoire du cigare.

Vous pouvez lire en complément l’article comment différencier les cigares faits à la main et ceux faits à la machine.

Le premier brevet déposé pour la fabrication d’un cigare roulé semble avoir été déposé entre 1883 et 1888. L’inventeur est répertorié comme « Oscar Hammerstein » de New York. Les premières machines à fabriquer des cigares sont apparues dans les années 1920 aux États-Unis. Jusqu’alors, tous les cigares étaient fabriqués à la main. Hammerstein, comme l’a rapporté le New York Times le 29 mars 1913, a par la suite  » amélioré  » la machine en permettant d’y ajouter les tiges de tabac et donc réaliser des économies pour les fabricants.

cigare roulé à la mainAinsi, les cigares faits à la machine sont effectivement moins chers que les cigares faits à la main. C’est ce qui a poussé un grand fabricant cubain, Por Larrañaga, à importer des machines en 1925. Comme nous l’avons déjà signalé, Por Larrañaga est devenue la première usine cubaine à fabriquer des cigares à la machine, après avoir importé les nouvelles machines à rouler et à envelopper des États-Unis. Ces machines ont permis d’augmenter la production et réduire le coût des cigares d’environ 25 %. Un ouvrier pouvait être formé pour faire fonctionner la machine en deux semaines, alors qu’il fallait des années pour former un torcedor. À l’époque de l’industrialisation, le passage à l’automatisation a entraîné des grèves et un boycott des rouleurs de cigares. Por Larrañaga a donc décidé de rendre les machines.

Cette parenthèse sur l’histoire du cigare fabriqué à la machine étant fermée, nous allons pouvoir voir en détails les différences entre les cigares fabriqués à la main et ceux fabriqués à la machine.

La dégustation du cigare

Supposons qu’un cigare de qualité supérieure, fabriqué à la main, soit notre point de référence. Pour les amateurs de cigares, il a toujours été avéré que ce type de cigare est supérieur aux cigares fabriquées à la machine. Il y a des raisons simples à ça.

En termes de « dégustation », le cigare fait à la main, lorsqu’il est fabriqué correctement, permet une combustion plus longue et plus lente et des saveurs plus fraîches ainsi qu’un bouquet aromatique plus naturel, riche et complexe.
En revanche une caractéristique commune des cigares faits à la machine est qu’ils brûlent rapidement offrant donc une fumé plus chaude. Ce type de cigare est plus « industriel » dans sa fabrication ce qui implique donc une méthode de fabrication plus axée sur la rentabilité et la quantité que dans la qualité. La qualité des tabacs qui les compose n’est pas nécessairement une priorité dans ses conditions de fabrication.

La cape du cigare

La cape d’un cigare fait à la main est, là encore, une feuille de tabac entière légèrement retaillée. Donc une cape à cigare 100% naturelle. La feuille s’enroule autour de la sous cape et de la tripe du cigare. La cape d’un cigare fait à la main retient généralement suffisamment d’humidité de ses huiles naturelles pour lui permettre de brûler lentement et uniformément. Faites l’expérience d’allumer que la moitié du pied d’un cigare premium roulé à la main. Vous constaterez alors que la combustion s’égalise malgré le fait que, vous n’ayez allumé que la moitié du pied. C’est un cigare bien fait. La feuille de cape brûle uniformément et se corrige presque d’elle-même.

cigare fabriqué à la mainAvec les cigares fabriqués à la machine, les composants ne sont pas seulement du tabac. En effet, la cape d’un cigare fabriqué à la machine n’est souvent pas faite exclusivement de matériaux naturels. La raison en est que la cape doit être suffisamment solide – c’est-à-dire pas particulièrement délicate ou souple – pour résister à la manipulation de la machine.

La tripe

La tripe varie également. Comme nous l’avons mentionné, la longue tripe brûle lentement. La tripe courte brûle plus rapidement parce que tous ces petits morceaux de tabacs qui la composent, ensemble, brûlent à une vitesse plus rapide. La tripe courte peut aussi contenir du papier, des agents de conservation et divers additifs chimiques pour que le cigare brûle mieux et crée une saveur uniforme. Certains cigares faits à la machine utilisent une longue tripe, mais la plupart utilisent ce qu’on appelle la  » HTL « , ou feuille de tabac homogénéisée. Il s’agit d’un mélange de miettes de tabac et d’un adhésif à base de cellulose utilisé pour maintenir les miettes ensemble. Cette HTL est souvent passée dans une extrudeuse qui crée une feuille – comme du papier – que le fabricant peut couper à la taille désirée.

Certains cigares « faits à la main » sont regroupés par des machines et finis à la main, la cape étant appliquée par un torcedor expérimenté. Cela se fait même parfois à Cuba. Oui. Cuba. Mais en général, la tripe de type de cigare est courte.

Dans la plupart des cas, la tripe d’un cigare fait à la main est sélectionnée pour compléter le profil aromatique déjà présent à travers la tripe et la sous-cape. Comme nous l’avons expliqué dans d’autres articles, c’est cultivant, séchant et sélectionnant avec soin des feuilles qui se complètent les unes les autres que l’assemblage d’un cigare premium devient mémorable. D’une année à l’autre, les cigares premium faits à la main peuvent avoir un goût légèrement différent, mais c’est à ce moment que les maîtres-mélangeurs interviennent et s’efforcent d’utiliser des feuilles spécifiques pour se rapprocher le plus possible du goût propre à la marque.

N’oubliez pas qu’il s’agit d’un produit du terroir qui est affecté par les conditions météorologiques et les conditions du sol.

La sous-cape

Les cigares faits à la main ont une sous-cape, elle aussi faite de tabac naturel. Le torcedor rassemble les feuilles de tripe et les enveloppe dans la sous-cape (parfois deux).

Pour les cigares fabriqués à la machine, il n’existe pas ou peu de cigares avec une sous-cape.
La plupart du temps la feuille faisant office de cape est déposée sur une plaque à plat, la machine y dépose le tabacs à tripe courte et une autre machine ou la même machine vient rouler le tout.

Conclusion

Vous l’aurez compris en terme de qualité, les cigares premium faits à la main son nettement supérieurs à ceux fabriqués à la machine. Cela dit, le coût des cigares fabriqués à la machine est nettement inférieur à celui des cigares fabriqués à la main.

Donc, objectivement, si le prix est une priorité, vous pouvez vous tourner sur les cigares fabriqués à la machine. Beaucoup d’entre eux ont un goût très doux qui manque parfois de complexité mais qui peut aussi réserver des surprises.

Il peut être également utile de garder deux ou trois cigares de ce type dans sa cave pour les copains en soirée qui ne font pas la différence entre un cigare premium et un cigare fabriqué à la machine…

Partagez cet article...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *